Siloh - Société de Services en Informatique Libre - Support Informatique PME PMI
Goélans
Rechercher Rechercher
SSLL

Opinion

Les institutions adoptent le Libre !
Un bon exemple vaut parfois mieux qu’un long discours... Voici plusieurs dizaines d’exemples : sur cette page sont recensées les migrations annoncées sur LinuxFR.

Dernière modification :
lundi 30 octobre 2006

Pourquoi préférer le Logiciel Libre ?

Les avantages du modèle collaboratif

Les logiciels libres constituent une solution informatique particulièrement attractive pour les petites et moyennes entreprises. Ils permettent aujourd’hui de réaliser des investissements plus efficaces et plus pérennes, tout en regagnant de l’indépendance technologique.


Faire le choix du logiciel libre, c’est :
  • un budget informatique mieux investi, orienté vers une dynamique de développement, de support et de formation plutôt que dévolu à l’acquisition de licences statiques
  • disposer de la liberté de choisir votre fournisseur et de la possibilité d’en changer
  • vous assurer de la pérennité des solutions dans lesquelles vous investissez

Les petites et grandes entreprises ne sont pas égales devant le coût des licences logicielles

Les tarifs pratiqués par certains éditeurs de logiciels peuvent apparaître acceptables pour une grande entreprise, qui le plus souvent réalisera des économies d’échelle au travers d’un contrat de licences négocié.
Cet accord pourra de surcroît couvrir l’intégralité de son parc, et permettre des déploiement logiciels standardisés, évacuant du même coup la nécessité d’une gestion individualisée des licences.

D’un autre côté, pour une entreprise de taille plus réduite, les licences seront le plus souvent acquises à l’unité, au tarif maximal, ceci en flux tendu en fonction de l’évolution des besoins.
Au delà d’une dizaine de postes, la gestion de ces licences commencera à relever de l’exploit administratif, exposant à d’importants risques juridiques si elle finissait par être négligée. Avec plusieurs versions de chaque logiciel à maintenir sur différents postes, les frais de support vont augmenter en proportion.

Sauf à s’écarter de ce modèle, la PME aboutira par conséquent à un parc dont le coût par poste sera bien supérieur à celui d’une grande entreprise.

  • Avec le Libre, les frais directs de licences disparaissent, ainsi que les frais indirects de gestion associés.

Rapports de force et dépendance technologique

Un groupe ou une administration est éventuellement en mesure d’instaurer un rapport d’égal à égal avec un grand éditeur logiciel : si une fonctionnalité lui manque, si la qualité du produit ou du support technique ne le satisfait pas, il brandira une liasse de commandes dont le poids économique pourra suffire à convaincre le fournisseur d’infléchir sa politique.

Individuellement, les petites et moyennes entreprises représentent quant à elles un enjeu économique trop faible pour être en mesure d’exercer la moindre pression sur l’éditeur (leur pouvoir collectif serait en revanche colossal s’il pouvait s’exercer d’une seule voix).

Si leurs processus internes reposent trop exclusivement sur des technologies propriétaires, elles deviennent de surcroît totalement dépendantes de cet éditeur. Leur activité sera même susceptible de péricliter si l’éditeur cesse soudain le développement d’un logiciel critique, s’il augmente abusivement ses tarifs, ou s’il néglige la qualité de ses produits au point d’aboutir à de graves dysfonctionnements...

Notons au passage qu’avec l’établissement de monopoles logiciels de plus en plus manifestes, cette situation de dépendance technologique tend à concerner également les grands groupes et administrations.

  • Avec le Libre, vous cessez de dépendre de vos fournisseurs pour recouvrer la pleine maîtrise de votre informatique.

Le logiciel libre, pour dégripper l’informatique

Cette sorte de sclérose qui affecte le secteur est la conséquence d’une vision industrielle de l’informatique [1], que la maturation du logiciel libre permet aujourd’hui de dépasser.

Les acteurs de l’informatique propriétaire, tenus par les enjeux d’une âpre compétition, capitalisent le plus souvent sur l’exploitation d’un secret industriel.
Le logiciel libre est pour sa part une œuvre collective qui n’autorise aucune forme de fixation ou d’appropriation : aucune entité n’est en mesure de s’arroger l’exclusivité du développement ou du support technique.

C’est une garantie absolue contre l’établissement de monopoles, et cela favorise la constitution d’une constellation de sociétés de services, dont l’intérêt commun sera de contribuer au développement du logiciel.
Ces entreprises à taille humaine pourront ainsi fonctionner en collaboration [2] plutôt qu’en compétition, et établir vis à vis de leur clientèle un rapport d’égal à égal.

  • Avec le Libre, vous avez la garantie de pouvoir faire vivre et évoluer vos logiciels au rythme des besoins de votre entreprise.

[1Selon le hacker Eric Raymond, « [...] le logiciel est une industrie de service sous hypnose, qui croit très fortement mais à tort qu’elle est une industrie de biens manufacturés. » (“In other words, software is largely a service industry operating under the persistent but unfounded delusion that it is a manufacturing industry.”, The Magic Cauldron).

[2Pour les acteurs de l’informatique libre, c’est une forme d’économie collaborative du lâcher-prise qui se dessine, et dont les modalités précises restent encore à inventer...

Articles connexes

Foire Aux Questions

Questions fréquemment posées

Siloh

Intégrateur de solutions informatiques libres pour l’entreprise

 
 
 
 
Siloh - 20 rue Pierre Demours - 75017 Paris - Mentions légales
© 2014 Siloh : sauf exceptions, ce site est placé sous licence Creative Commons BY-NC-SA